Un œil bleu !

Dans la balade que je vous contais ici et , la liste de mes coups de cœur annonçait « un œil bleu » et je n’ai pas encore eu l’occasion d’y revenir… tout simplement, parce qu’il me fallait un peu de temps pour me renseigner et fouiller la littérature.

Voilà, je l’ai rencontré au détour d’un chemin : il prenait un bon bol d’air frais dans un des enclos de cette écurie de propriétaires situé à quelques pas de chez moi. Il s’appelle « Jakson », est âgé de 4 ans et c’est un Irish Cob, magnifique !

BL22a

La curiosité aidant, j’ai mené quelques petites recherches sur la race et…l’œil bleu. Parce que oui, Monsieur a un œil vairon et bien sûr, le bleu séduit l’homme !

jack_bleu

Les chevaux Irish Cob
La race s’appelle aussi Tinker mais l’appellation Irish Cob en dit long. D’abord le cob est un type de cheval  faisant référence au côté trapu et majestueux, de taille intermédiaire entre celle d’un cheval de selle et celle d’un poney. Sa stature le rend apte aussi bien à l’attelage qu’à la monture. Il est facilement reconnaissable outre son aspect trapu par ses longs crins, ses fanons très denses (il s’agit des poils rigides situés au-dessus des sabots). Ils ont pour fonction de permettre à l’eau qui glisse le long de ses jambes de s’évacuer plus facilement vers le sol. De plus, on note que les fanons démarrent ici très haut (au niveau des genoux) et recouvrent entièrement le sabot : une des caractéristiques de la race.

jackson_fanons
Généralement, la robe est pie caractérisée par de grandes tâches blanches séparées par une couleur plus foncée.
Son histoire est intéressante : originaire des îles Britanniques, ce type de cheval est le fruit d’une longue sélection menée par les communautés nomades d’Irlande et de Grande-Bretagne qui souhaitaient pouvoir tracter de lourdes roulottes. Au XVIIIe siècle, les irlandais catholiques colonisés par les anglais protestants doivent céder leurs terres : ils vivent alors en nomades et récupèrent des chevaux rejetés par les anglais (chevaux de trait à la robe pie), c’est ainsi que peu à peu les traits de la race sont sélectionnés mais l’Irish cob n’est reconnu officiellement comme une race à part entière que depuis 1998.

L’œil bleu : pourquoi, comment ?

La couleur de l’iris (structure fibreuse et pigmentée située juste devant le cristallin) est déterminée par plusieurs caractéristiques relatives à la mélanine, un pigment produit dans les cellules au sein des mélanosomes. Ce qui joue particulièrement, c’est :
– la quantité de mélanine présente dans l’iris et produite par les cellules de celui-ci,
– la façon dont la mélanine est distribuée dans l’œil,
– la nature même de la mélanine.

Parce qu’en toute rigueur, il nous faut parler de mélanines, au pluriel. Les mélanines sont de longues molécules (des macromolécules) et sont de deux types : l’eumélanine (couleur brun – noir) et la phéomélanine (couleur jaune-rouge).

melanines

Ces molécules de mélanines possèdent une alternance de liaisons simples et liaisons doubles (caractéristiques des pigments, revoir cet article qui l’explicite) ce qui contribue au fait que certains photons de lumière interagissent avec les électrons des liaisons et sont absorbés tandis que d’autres sont réfléchis : cela donne de la couleur. C’est particulièrement le cas avec l’eumélanine.

Avec peu de mélanine (d’autant plus lorsque celle-ci est plutôt sous forme de phéomélanine), la lumière est éparpillée dans toutes les directions par les fibres de collagène qui constituent l’iris et l’œil apparaît bleu (couleur du fond de l’iris).

L’acquisition du caractère « yeux bleus »

Contrairement à ce qu’on croit habituellement, posséder les yeux bleus n’est pas lié à un gène récessif (j’avais appris -ou mal appris- cela en Terminale je crois) tout simplement parce ce que ce caractère (production de mélanine dans l’œil) est le fruit de l’expression de plus d’une dizaine de gènes en interaction (OCA2 et HERC2 sont les deux principaux chez l’homme). Et ces mêmes gènes contrôlent aussi la couleur de la peau, des cheveux ou du pelage chez les animaux (logique).

Une fragilité inhérente aux yeux bleus
Le rôle principal de la mélanine est de protéger contre les rayons UV du soleil préjudiciables. La mélanine absorbe les UV ce qui les empêche « d’aller plus loin » mais d’autres mécanismes de protection sont également à l’oeuvre. On entend donc souvent dire que les yeux bleus sont plus fragiles (développement plus fréquent de cataractes, problème de vision). Qu’en est-il vraiment ?
Des études se sont penchées sur la question et ce n’est finalement pas très concluant. La seule précaution qui résulte de ces recherches concerne la protection contre les UV dans les régions de fort ensoleillement (haute altitude, zones proches de l’équateur).

Pourquoi des yeux de couleur différente ?
Alors cette histoire d’iris de couleurs différentes s’appelle l’hétérochromie. Et elle est relativement fréquente chez les chevaux à la robe pie. Cette distribution est partiellement sous contrôle génétique. Plusieurs paramètres entrent en ligne de compte dont le transport de la tyrosinase (une enzyme impliquée dans différentes étapes de la synthèse de la mélanine) vers les mélanosomes. Une partie seulement de cette enzyme parvient à destination ce qui joue sur la non uniformité de distribution, affecte la synthèse de la mélanine et la pigmentation qui en résulte. Les deux types de mélanines sont d’ailleurs affectées de façon différente.

Mais l’ensemble des mécanismes impliqués est assez complexe et nécessite encore pas mal de travail de compréhension.


Merci à Mégane Delsinne, propriétaire de Jakson de m’avoir consacré quelques instants pour échanger sur le bel équidé.

Pour en savoir plus 
http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/eve.12179/abstract

http://www.chevalmag.com/chevalmag/Jeunes/Races/L-irish-cob

http://www.horse-genetics.com/melanin.html

3 comments for “Un œil bleu !

  1. gilles
    07/07/2016 at 16:51

    je compte sur toi pour approfondir la question des yeux vairons !

    ps: même erreur pour ma part sur les yeux bleus et le gène récessif (idem aussi pour un pote avec qui on en parlait justement la semaine dernière) => ça doit donc bien venir de ce qu’on nous a enseigné.

    • 07/07/2016 at 23:12

      Mais la dernière partie de l’article y est consacrée… même s’il y a encore tellement à comprendre.
      Vairon = hétérochromie (différence entre les deux yeux ou au sein d’un même œil). Le défaut de distribution de l’enzyme permettant la fabrication de mélanine est une piste… reste à savoir pourquoi c’est autant ciblé « oeil »; de toutes façons, nobody’s perfect !

      Pour les yeux bleus et ce qu’on nous a enseigné, je pense qu’à notre époque (1989 pour moi) on ne connaissait pas encore tous ces gènes impliqués donc en attendant mieux, on a émis l’hypothèse du gène récessif !

      • gilles
        11/07/2016 at 10:32

        ah ! j’avais cru comprendre de ta dernière phrase qu’il te restait (à toi) du « travail de compréhension » avant de nous l’expliciter 🙂
        du coup je m’attendais à une suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *