Décollage pour l’innovation

Il y a quelques temps, je vous parlais de ma découverte des locaux et des activités de l’ONERA dont un des centres se trouve à Lille (ICI). Bref, une belle façon pour moi de plonger dans le monde de l’aéronautique et l’aérospatial que je ne connaissais pas du tout.

Alors, j’ai cherché à en savoir plus et j’ai découvert ce très bel ouvrage de Gérard Maoui (paru aux Editions Cherche Midi) « Décollage pour l’innovation« , dont je voulais vous dire quelques mots.

Gérard Maoui est ingénieur en aéronautique et a fondé Aerostrategies, un cabinet de communication dans le domaine de l’aéronautique et l’aérospatial.
L’ouvrage dont il est question ici, fait le point sur la recherche aéronautique européenne (passée, présente et future) et présente « Clean Sky », un programme cadre de recherche qui s’appuie sur un partenariat entre organismes publics et privés.

Il faut rappeler que ce domaine de haute technologie se doit de répondre à des défis environnementaux et énergétiques par des innovations pertinentes reposant sur des travaux de recherche poussée qui englobe de nombreuses disciplines scientifiques : aérodynamique, thermodynamique, vibrations, métallurgie, matériaux, acoustique, électronique, optronique…

L’ouvrage comporte deux parties.
Partie I : l’Aéronautique civile, l’Europe à la pointe de l’Innovation.
L’auteur nous emmène dans le monde de l’innovation par un petit détour dans l’Histoire : les engins volants propulsés par les deux guerres mondiales, puis les lendemains de guerre avec la reconversion des avions en missions non-militaires avec le monopole des Américains. Mais bientôt c’est l’arrivée et le succès du Concorde (franco-américain) qui propulse l’Europe sur le devant de la scène. Cette belle expérience couronnée de succès, de méthode et de haute technologie est suivie par le lancement d’Airbus puis tout s’organise avec la création des grandes organisations internationales…

On file du côté du développement durable ou comment résoudre l’équation de l’augmentation de la population en accord avec le respect de l’environnement (diminution de la consommation en carburant,  des émissions de polluants et la lutte contre le bruit). Ce sont les ruptures technologiques qui permettront de répondre à ce challenge et de nombreux exemples sont présentés dans l’ouvrage.
Cap sur l’optimisation de l’aérodynamique  (diminuer la traînée, nouveaux types de propulseurs), la motorisation (moteurs à double flux pour diminuer la vitesse d’éjection des gaz…), les carburants (recherche sur les biokérosènes à base d’algues), les matériaux (nouveaux composites) mais aussi le transport aérien qui nécessite d’être intégré dans une chaîne de transport -logistique globale en lien avec d’autres moyens de transport.

Métier à tisser la fibre de carbone en 3D (Safran) (extrait de l’ouvrage)

Comment s’organise l’Europe pour répondre aux défis, tout en restant compétitive ? Quelles sont ses priorités ? Le programme Clean Sky est un emblème de l’innovation en Europe. 

Partie II : Clean Sky, emblème de l’innovation aéronautique Européenne
Ce programme est né en 2007, et répond au besoin de porter la recherche jusqu’à des TLR élevés (Technology Readiness Level) jusqu’à TLR 6.
Clean Sky,  c’est un partenariat européen portant un ensemble de différents projets de façon à étudier des technologies clés, de les valider par des essais réalistes via des démonstrateurs (les ITD : démonstrateur technologique intégré), modèles d’avions virtuels … Il s’appuie sur un conseil scientifique composé de membres d’universités, ingénieurs du monde industriel.

L’ouvrage est riche en exemples de différents projets … J’en cite ici quelques uns.

Un des ITD s’intitule SFWA (Smart Fixed-Wing Aircarft), coordonné par Airbus et Saab. Il a pour objet l’étude de nouveaux types d’ailes et d’empennages, notamment pour réduire la turbulence en cherchant à maximiser la zone d’écoulement laminaire sur le filet d’air qui enveloppe le profil d’aile.
Les axes de recherches se focalisent sur le développement de revêtements acoustiques sur les bords d’attaques des entrées d’air ou sur la réduction des phénomènes de vibration ou encore sur la compréhension de la laminarité naturelle d’une aile d’avion selon sa structure (démonstrateur BLADE)…

Un autre ITD s’intéresse aux moteurs : SAGE (Sustainable And Green Engines) coordonné par Rolls-Royce et Safran : un des projets phares de Clean Sky. Une véritable rupture au niveau des réacteurs reposant sur la technologie « Open rotor » : deux rangées d’hélices tournant dans des sens opposés et  disposées à l’extérieur de la nacelle, permettent de drainer un grand débit d’air à des vitesses réduites.

Il est question aussi d’autres nouveaux moteurs de forte puissance, de poids allégé (matériaux composites), de l’aménagement intérieur des avions, de l’étude du cycle de vie des composants (depuis l’extraction de matière première, jusqu’à la fin de vie) de façon à pouvoir se tourner vers des matériaux et des procédés à faible impact environnemental (consommation d’énergie, faibles quantités d’effluents, minimisation de la consommation de matières premières) ou qui favorisent la durabilité, …

Clean Sky 2e phase est en marche depuis 2014… Hâte de découvrir ce qui en ressort !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *