Relais Nature (partie 2)

Le 19 octobre dernier, l’office du Tourisme des Weppes organisait une sortie découverte du Relais Nature à Santes. Nous avions décrit le joli écrin près du Canal de la Deûle dans lequel il s’insère (à lire dans un précédent post), je vous propose aujourd’hui une petite visite rapide des lieux …

Le Relais Nature est à la base une blanchisserie datant de 1827 transformée en ferme à partir de 1857 portant le nom de « ferme Monblond ».


C’est en 2013 que le bâtiment est réhabilité selon une démarche Haute Qualité Environnementale (et avec construction d’une extension sur la partie gauche) pour devenir « Le Relais Nature » : un lieu dédié à la découverte approfondie de différentes espaces naturels et écosystèmes grâce à des expositions, des infographies, des vidéos, des jeux et installations interactives, des jardins d’expériences en extérieur pour gratouiller la terre et dénicher des trésors tels que les recycleurs de matière !

Alors entrons…à la pêche aux jeux et aux infos sur plusieurs espaces naturels !
A la découverte de l’espace Prairie
Cap sur l’abeille, la mouche, le bourdon, le criquet et le moustique… Qu’apprend-on ?
Que l’abeille est capable de butiner jusqu’à 250 fleurs par heure ! Que la mouche est surtout guidée par la lumière et les odeurs, pas étonnant qu’elle ne sorte pas par temps de pluie ! Que le criquet stridule quand il fait chaud pour marquer son territoire ! Une jolie activité sonore est proposée aux enfants pour repérer « à l’oreille » les différents insectes et les moments de la journée où ils s’affairent !

On découvre ou redécouvre aussi la pollinisation sous toutes les coutures : parce qu’il faut pouvoir satisfaire tous types d’insectes, les fleurs présentent des designs différents adaptés aux spécificités buccales de nos amis (j’en avais parlé lors de ma sortie SPIPOLL). Mais il y a aussi tous les signaux visuels et olfactifs envoyés par les fleurs pour parvenir à leur but. On évoque la Berce dont l’odeur peu plaisante pour nos narines humaines, attire certaines mouches… ou encore l’ophrys abeille, orchidée qui attire en émettant l’odeur d’une femelle abeille.

 

Découverte de l’espace aquatique
Cap sur les berges du canal avec ce panneau interactif qui nous explique que l’endroit abrite cormorans, hérons cendrés, canards colvert, poules d’eau et la foulque macroule.

Puis cap sur les animaux de la mare : quel est le cycle de vie de la grenouille ? Voyez tous ces œufs agglutinés les uns aux autres et collés aux brindilles…

D’ailleurs s’ils restent accrochés ainsi les uns aux autres, c’est grâce à une gélatine qui gonfle avec l’eau et qui protège les œufs. Cette gélatine leur permet également de flotter à la surface.
Envie d’un petit jeu pour découvrir le régime alimentaire du crapaud, du notonecte, et de l’escargot limnée ?Personnellement, je ne connaissais pas le Notonecte, insecte punaise aquatique qui pique (aussi l’Homme) grâce à son puissant rostre (parfois appelé l’abeille d’eau). La bestiole est drôle car elle nage la tête à l’envers et rame de façon efficace grâce à ses pattes arrières…Mais alors quel prédateur, un insecte qui mange un petit poisson, c’est assez incroyable ! Regardez-moi cette jolie vidéo !

Et pour l’escargot limnée, qui se nourrit de lentilles d’eau, on peut même en admirer de bien vivants dans un joli aquarium !
A la découverte du sol
Quoiqu’on en dise, la terre est vivante ! Pensez à tout le travail accompli par les vers de terre (filtration et aération) mais il y a aussi les larves de coléoptères qui grignotent les racines, les cloportes (de bons recycleurs), les fourmis et les bourdons terrestres.

Et puis, focus sur la taupe et ses super pouvoirs : capable de soulever jusqu’à 10 fois son propre poids en terre, elle creuse des galeries grâce à ses puissantes pattes ; ce sont des pièges élaborés pour les vers de terre, dont les vibrations lors de leurs déplacements sont très vite perçues par les vibrisses de la taupe (elle se sert aussi de son odorat très fin).

Découverte de l’espace boisé

On découvre l’arbre dans toutes ses déclinaisons :
– la vie qui y trouve refuge (champignons, insectes, animaux qui s’y logent ou qui laissent trace à leur proximité),
– l’histoire qu’il raconte (l’étude de l’épaisseur et densité des cernes -ou anneaux de croissance- de certains arbres renseignent sur la température, la pluviométrie… une science appelée dendrochronologie,
– l’usine photosynthétique qui y siège,
– les différentes écorces …

Et voici pour pouvoir comparer efficacement les différentes écorces…Et un petit rappel au passage : l’écorce sert avant tout de protection contre les excès de température et contre les agressions.

Désolée pour la faute d’orthographe. Merci de lire « bouleau »

A l’extérieur
La visite est loin d’être terminée car à l’extérieur, on gratouille, on déplace, on trifouille, on s’adonne au pluquage et on observe les êtres vivants qui se cachent dans les différents substrats naturels ou ceux construits par l’homme (tels que les hôtels à abeilles). Chut sous les écorces, se cachent grenouilles et tritons (je n’ai pas eu la chance d’en voir…)

 Un bâtiment écologique
Proposer un lieu de rencontre et de découverte de la biodiversité c’est une chose, mais si en plus ce projet s’inscrit dans une démarche de développement durable avec une architecture et des techniques permettant de limiter la consommation d’énergie et des ressources naturelles en général, c’est carrément l’exemple à suivre !

Ce n’est pas la première fois qu’on évoque ici, les bâtiments à haute qualité environnementale ou du moins ancrés dans une démarche développement durable (Station d’épuration Ovilléo et la piscine des Weppes).

Alors ici, au Relais Nature, tout est mis en oeuvre pour limiter l’impact environnemental tant au niveau de la conception des bâtiments qu’au niveau des économies d’énergie :
– des matériaux renouvelables (menuiseries / murs en bois),
– des murs et toitures végétalisés*,
– des panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité et d’eau chaude,
– une chaudière à bois,
– mise en place de gîtes pour favoriser le maintien de la biodiversité (ruches…),
– systèmes de récupération d’eau de pluie.

*article spécifique sur les nombreux avantages des toits végétalisés est à venir

Arrêtons-nous ici sur la présentation du Relais Nature, il y aurait encore beaucoup à dire ! Je recommande la visite et l’expérience, de préférence en famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *