De jolies araignées : jaunes ou roses et sans toile !

Les araignées me fascinent (même si je sursaute quand j’en croise une, surtout là où je ne m’y attends pas). Elles sont tout de même sacrément fortiches pour capturer leur proie avec leurs toiles si résistantes (mais pas que) ; propriété qu’on ne sait toujours pas égaler de façon synthétique (voir cet ancien article sur les propriétés extraordinaires du fil d’araignée).
On les imagine souvent marron, grises ou noires, mais figurez-vous quelques groupes d’individus se parent de blanc, de jaune ou même rose !
Il s’agit de certaines espèces de la famille de la thomise ou de l’araignée-crabe.

thomise

Photo 1 : Thomise « rose » sur une marguerite

Autre particularité de l’arachnide en question : elle ne fabrique pas de toiles pour attirer ses proies. Bref, rien à voir avec l’image stéréotypée que nous pouvons nous faire de l’araignée de nos campagnes. Voilà de quoi redorer le blason de ces bestioles, non ? Surtout que celles-ci n’ont pas fini de vous surprendre.

Généralités sur les thomises

On parle aussi d’araignée crabe, car la bête rappelle la posture du crustacé notamment à cause des pattes avant repliées et de son déplacement « de travers ».
Ses proies sont les mouches, les papillons, les abeilles, les guêpes, bref vous l’aurez compris, elle se régale principalement d’insectes pollinisateurs. Et pour les chasser, elle se place sur leur terrain de prédilection : les fleurs. Embusquée sous les pétales ou carrément en attente sur le  cœur, l’araignée crabe repère les vibrations de son support lorsqu’un insecte a atterri. Elle se jette alors dessus, et injecte son venin rempli d’enzymes digestives.
On peut la trouver partout en Europe, y compris en France ! Alors ouvrons l’œil !

L’importance de la couleur
Les araignées crabes sont généralement blanches ou jaunes, et quelques unes sont de couleur rose/violette. Enfin cela, c’est surtout pour les femelles parce que ces arachnides se caractérisent par un dimorphisme marqué : les mâles beaucoup plus petits sont plutôt de couleur brune.
Bref, jaune, blanc, rose : des couleurs qui ne sont pas sans rappeler celle des fleurs et ce n’est évidemment pas un hasard. On retrouve souvent (mais pas systématiquement) une adéquation parfaite entre la couleur de l’araignée et celle de la fleur sur laquelle elle s’embusque.

crab_spider_white

Photo 2 : Araignée crabe de couleur blanche (« Thomise variable ») sur une fleur de trèfle

crab_spider_yellow

Photo 3 : Araignée crabe ( « Thomise enflée ») de couleur jaune sur une fleur de marguerite en pleine capture de proie

Bien sûr, un certain nombre de questions se posent. On peut se demander si l’araignée sait sur quel type de fleur elle doit chasser ou si elle s’embusque au hasard. Si c’est la première solution, sur quels indices s’appuie-t-elle pour choisir la fleur ? Repère-t-elle une fleur qui lui permette de passer inaperçue (ce qui serait logique) ? Existe-t-il des cas de figure où un contraste de couleur pourrait malgré tout être bénéfique ?

Ces questions, un certain nombre de chercheurs se sont penchés dessus, et les résultats de leurs investigations sont assez intéressants.
Il s’avère que ce qui guide les araignées crabes, ce sont deux stratégies distinctes. L’une d’elles consiste en un mimétisme de couleur de façon à passer inaperçues et tromper la future proie en essayant de ne pas la détourner de son chemin (photos 2 et 3 ci-dessus).
Dans d’autres cas au contraire, elles recherchent un certain contraste (pas trop faible, ni trop fort) par rapport à la couleur de la fleur (photo 1) : les insectes sont alors alléchés par des signaux visuels envoyés par le corps de l’araignée (brillance, motifs absorbant les UV comme ce qu’on retrouve au niveau des fleurs) qui prend bien garde de ne pas bouger. Elle attire ainsi encore plus de pollinisateurs captivés par le leurre. Cet effet porte le nom d‘aposématisme (envoi d’un signal pour leurrer une proie ou un prédateur).

Ajoutons que la position de l’araignée sur la fleur est importante (camper au centre ou sur les pétales ne produit pas le même effet attractif sur les abeilles par exemple).

Adopter l’une ou l’autre des deux stratégies va dépendre de la propre couleur de l’arachnide.
Bref, il semble bien que l’araignée choisisse son terrain de chasse en toute connaissance de cause : elle connaît sa propre couleur et est capable de la comparer à celle des fleurs de son environnement.

Le choix de la fleur
Certains genres chez l’araignée crabe (Thomise variable et Thomise enflée) ont la faculté de choisir la fleur selon leur propre couleur. Parfois s’il n’y a pas adéquation, l’araignée change lentement de couleur (dans un délai de quelques jours). On parle d’homochromie adaptative. On trouve surtout ce phénomène chez les femelles qui peuvent passer du blanc au jaune et réciproquement (mais avec la même facilité dans les deux sens). La bestiole secrète un pigment jaune (la xanthommatine* principalement) dans les cellules de la couche externe de son corps, celui-ci peut alors migrer en surface selon la couleur de l’environnement. Pour le retour au blanc, le pigment est alors excrété.

* Il s’agit d’une molécule de la famille des ommochromes (pigments très répandus chez les insectes et autres arthropodes) dont la forme réduite est rouge, et la forme oxydée est jaune. Ils semblent également jouer un rôle dans la protection contre les effets nocifs de la lumière

C’est grâce à des stimulus à la fois visuels et olfactifs que l’araignée perçoit son environnement (des expériences réalisées en cachant les yeux des araignées, ont montré que l’adaptation de la couleur selon l’environnement n’opérait pas)

Pas de toile, mais du fil quand même

Avec cet attirail d’outils physiologiques pour chasser, point besoin pour l’araignée-crabe de dépenser son énergie à tisser une toile. Elle est néanmoins capable de produire de la soie mais elle l’utilise uniquement pour se déplacer ou quitter son poste de chasse ou encore pour profiter d’une petite pêche d’insectes dans l’antre des plantes carnivores (à lire et à visionner ICI).

Alors toujours pas impressionné(e)s par les pouvoirs des arachnides ?

Si vous en voulez encore, je vous conseille la vidéo de ce jeune garçon, sur le thème des araignées : ICI

Pour en savoir plus
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3029441/Bad-news-arachnophobes-Scientists-reveal-whitebanded-crab-spider-change-COLOUR-hunting.html

Heiling A., et al., « Colouration in crab spiders: substrate choice and prey attraction », Journal of Experimental Biology 208, 1785-1792, 2005

Théry M., and Casas J., « The multiple disguises of spiders: web colour and decorations, body colour and movement », Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci. 364(1516): 471–480, 2009

3 comments for “De jolies araignées : jaunes ou roses et sans toile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *